LES MARQUES DE LAITS KENYANS


Le lait au Kenya



En 2014, la consommation de produits laitiers au Kenya est de 120 litres par habitant et par an. Brookside Dairy Limited reste l'entreprise leader dans le secteur des produits laitiers liquides au Kenya, avec 33% de part de marché, suivie par New Kenya Cooperative Creameries.

La production laitière au Kenya

Jusque dans les années 1990, la collecte et la commercialisation du lait au Kenya était entièrement contrôlée par un monopole d'État, avec des règlements interdisant la vente commerciale du lait et des produits laitiers populaires. Au début des années 1990, le monopole a été supprimé et l'entreprise publique a été privatisée dans le cadre du programme d'ajustement imposé au pays par des prêteurs multilatéraux.

La société a rapidement fait faillite, et aucun des autres transformateurs privés arrivés sur le marché n’était prêt à combler le vide ; ils se sont tournés vers l'importation de lait en poudre. En 2001, les importations de lait en poudre ont énormément augmenté, déclenchant l'indignation du public et l’action du gouvernement, qui a porté les tarifs douaniers de 25 à 60 %.

Pourtant, même ces nouveaux tarifs douaniers n'ont pas suffi à inciter les entreprises laitières à reconstruire les filières d'approvisionnement du pays. En revanche, le secteur du lait populaire est arrivé et a repris en charge la collecte et la fourniture de lait local dans le pays.

La filière laitière au Kenya

Aujourd'hui, une filière nationale de petits agriculteurs et de vendeurs à vélo fournit 80 à 86 % du lait commercialisé au Kenya. Environ 800 000 ménages de petits agriculteurs kenyans dépendent du secteur du lait populaire pour gagner leur vie, et 350 000 autres personnes travaillent à la collecte, au transport, à la transformation et à la vente du lait.

Les agriculteurs et les consommateurs sont bénéficiaires dans ce système. Les agriculteurs obtiennent pour leur lait un prix qui est en moyenne 22 % plus élevé que celui payé par les grands transformateurs de produits laitiers, et et le lait populaire est deux fois moins cher pour les consommateurs que celui vendu par les entreprises laitières.


Le secteur du lait populaire est donc sous la menace constante, non seulement des accords commerciaux qui pourraient ouvrir le pays aux importations bon marché de lait en poudre, mais aussi des mesures prises par l'industrie pour présenter le lait populaire comme dangereux.

Au Kenya, Nestlé refuse même d'acheter du lait auprès des producteurs laitiers traditionnels, malgré des siècles d'expérience dans la production d’un lait de grande qualité. La société affirme que le lait produit et transformé au Kenya ne répond pas à ses normes et, à la place, il utilise du lait en poudre importé, principalement de Nouvelle-Zélande.

En 2014, la société Danone a annoncé l’acquisition de 40% du capital de la société Brookside Dairy, le plus grand fabricant de produits laitiers au Kenya. Ce rapprochement vise à élargir le portefeuille de produits de la société et à faciliter son expansion vers les autres marchés d’Afrique de l’Est. Créée en 1993, Brookside Dairy dispose d’un réseau de distribution de plus de 200 000 magasins en Afrique de l’Est et réalise 40% des ventes de lait du marché kenyan.

Brookside Dairy Limited reste l'entreprise leader dans le secteur des produits laitiers liquides au Kenya, avec 33% de part de marché, suivie par New Kenya Cooperative Creameries, avec 17%. Les multinationales Nestlé Foods et Cadbury Kenya se maintiennent à la troisième et quatrième place avec, respectivement, 16% et 10% de part de marché. Principalement en raison de leurs marques de boissons lactées aromatisées Cadbury’s Drinking Chocolate et Milo.

Les marques kenyanes de lait



De Brookside à New KCC. 5 liens.

Copyright © 2013-2017. Tous droits réservés.

Date de la dernière modification du site : le 30/09/2017 16:21:03

Visiteurs depuis le 25/05/2013

Boisson  sans alcool
Le site des marques d'alcool. Retrouvez (presque) toutes les marques de boissons alcoolisées sur le web. 8861 liens. English version. The soft drinks